5 clés pour alléger ta charge mentale

par | Juin 29, 2020 | alléger sa charge mentale, reconnexion à soi, trouver du temps pour soi | 0 commentaires

Fais-tu partie des gens qui parviennent à mettre le flux de leurs pensées en pause ? Arrives-tu l’espace d’un instant, ne penser à rien, à être dans l’instant présent, pur et dur ?  Personnellement, pour moi cela tient souvent du domaine du rêve ; cela m’arrive dans les moments où je crée, je peins, ou je joue de la musique, ou encore quand je reçois une personne en séance : oui là je suis dans le flow, dans l’instant présent, dans l’instant. Ne compte pas ce qui vient de se produire la minute d’avant, et ce qui va suivre l’instant d’après n’a aucune importance. 

Quand on se situe dans cet entre-deux, c’est là que notre cerveau se met au repos, en mode pause, comme j’aime à le dire. Seuls ces moments sont vraiment ressourçants. Ces instants sont synonymes de bonheur absolu, de satisfaction, de détente, de joie pure. Alléchant, non ? 

Il semble d’autant plus important dans ce cas de faire en sorte de multiplier ces instants de repos de notre mental. Mais si c’était aussi facile à faire qu’à dire, l’être humain du XXIè siècle aurait en tout temps un sourire de béatitude inscrit sur son visage. 

Ce n’est pas ton cas ? Moi non plus ! Bienvenue dans la vraie vie, celles des gens normaux ! 

Ci-dessous quelques astuces pour nager dans le flow le plus souvent possible. 

# Clé 1 : Pourquoi tu dois débrancher de temps en temps 

Tu connais sûrement la chanson de France Gall (ok si tu es née après 1990, c’est peut-être has been pour toi😉 ) 

Débranche 

Débranche 

Coupe la lumière et coupe le son 

Débranche 

Débranche tout 

Débranche, débranche, débranche tout 

Revenons à nous 

Débranche tout 

Voilà. Tout est dit. Notre mental et notre cerveau n’ont jamais été aussi sollicité qu’actuellement, à l’ère de l’hyperconnexion et de la multiplication des écrans et moyens de communication dans les foyers.  Je vois avec effroi mes ados jouer à un jeu sur l’ordinateur (à toute vitesse, avec des stimuli dans tous les sens), tout en tchatant avec leurs potes sur leur portable, tout en ayant un casque sur les oreilles qui leur envoie leur musique préférée. Et là, je pense à ma grand-mère, qui n’avait pas le permis, qui s’occupait entre son jardin, ses fleurs et son tricot, qui lisait le journal local (ultra local) et écoutait une fois par jour les infos télévisées.

Une vie hyper connectée versus une vie ultra simple.

Après chaque repas, ma grand-mère s’installait sur une chaise (une chaise, hein, pas un fauteuil) près de sa porte, dehors quand il faisait beau, et là, elle ne faisait rien pendant un moment. RIEN. Je pense que ce mot tient du chinois pour la plupart d’entre nous. En tout cas mes enfants, ça les met dans un état de stress, et moi aussi.

Et toi ?

Ne rien faire. Débrancher. S’isoler. Revenir à soi. Ecouter le silence. Débrancher. 

Reconnais que ça a quand même un parfum de “j’aimerais bien goûter pour voir ce que ça fait”, non ?  

Reconnais que ces stimuli visuels, auditifs dans tous les sens, ces choix à outrance, ces possibilités infinies finissent par nous donner le tournis et même la nausée parfois. Ta tête pèse déjà 5 kg, c’est bien suffisant.  

Trop c’est trop. Ton Être a besoin de souffler de temps en temps. 

Ton Âme aspire à un vrai repos. Tu le sais bien, au fond. 

Mais comment faire pour alléger ta charge mentale ?

# Clé 2 : Prends la décision de débrancher

Eh oui, comme d’habitude, tout part de toi. Si tu ne décides de mettre ton cerveau sur off, personne ne le fera pour toi. C’est à toi de laisser ton téléphone à la maison quand tu pars te promener, de l’éteindre à une heure raisonnable le soir (comment ça, tu dors avec ?), de ne pas te précipiter dessus les yeux encore embués de sommeil. Le répondeur ça se branche (non tu n’as pas à être joignable à la seconde), les notifications ça se coupe. 

C’est un choix. Ma grand-mère ne se posait même pas ce genre de question. Toi oui. 

Et non le monde ne va pas s’arrêter de tourner parce que tu n’es plus sur les réseaux pendant un temps, et surtout, tu ne vas RIEN rater. Rien. 

Décider de se mettre en pause des réseaux et écrans une journée par semaine, une semaine par an, ou le week-end, ou ne consulter ses mails que 2 fois par jour ou… 

C’est toi qui fixes les règles. Fais ce qui te semble juste. Intrinsèquement tu sais quand tu tombes dans le trop, dans le compulsif, dans la compensation à l’ennui ou au mal-être ou à la fatigue.  

Décide de ne plus écouter les infos qui tournent en boucle. Les journalistes ont besoin d’être lus ou entendus et ils feraient n’importe quoi pour ça, c’est leur job. Les infos anxiogènes te tirent vers le bas, elles te grugent de l’énergie. Tout comme ces séries que tu regardes à la chaîne sur Netflix. Ça ne te fait pas du bien, ça te lobotomise. 

Prends la décision, l’engagement de débrancher, pour toi, pour ta santé mentale et physique, juste pour voir. Fais l’expérience. 

Oh et au passage, c’est valable aussi pour ton agenda. Une petite cure de détox ne lui fera pas de mal : ne garde que ce qui est VRAIMENT important. Vraiment on a dit 😉 Ton cerveau te dira merci. 

# Clé 3 : Savoir ce qui te fait du bien

Quand on passe beaucoup de temps à remplir son cerveau et son agenda avec des soi-disant obligations ou habitudes, on en a tellement plein la tête qu’on est groggy. On ne sait plus quoi faire ni que penser. C’est là qu’on consulte pour la nième fois son fil d’actualité et qu’on termine la journée en mode zombie, totalement frustrée et insatisfaite. 

A partir du moment où tu as pris la décision de prendre des temps de qualité pour toi, tu devrais normalement avoir quelques plages de temps libre qui se libèrent. 

Profites-en pour dresser une liste de tout ce qui te fait te sentir bien : lire un roman, prendre une marche, tricoter, appeler une amie, tenir un journal, peindre, prendre un bain, danser, écouter de la musique classique, méditer, faire la cuisine, respirer consciemment… J’allais écrire apprendre une langue étrangère, mais je pense que ça sollicite encore une fois le cerveau alors que justement on cherche à l’alléger (je sais qu’il existe des méthodes qui utilisent les ondes alphas et qui sont totalement différentes des méthodes un peu scolaires).  

En réalité, la plupart des choses qui nous font nous sentir dans le flow font appel à nos mains, à nos sens, et pas à notre tête. 

Là tout de suite, prends 5 mn pour dresser ta liste bien-être. Si tu n’as pas 5 mn, tu peux relire les points 1 et 2 ! 

C’est très simple, pense à tout ce que tu aimerais faire, sans aucune censure. Et puis, choisis une des choses que tu as écrites et… 

# Clé 4 : Pratique ce qui te fait du bien

Et fais-le. Là, tout de suite après avoir lu cet article. 

La théorie non expérimentée ne vaut pas une cacahuète, crois-moi. Alors, bouge-toi et vas-y. Enfile ta paire de baskets toute poussiéreuse, ton maillot de bain, sors les crayons de couleur de tes enfants, file à la médiathèque, bouge ton zouk… mais fais quelque chose. 

Choisis une habitude saine pour commencer. Ne prends pas dix résolutions d’un coup, sinon ça finira comme les résolutions du Nouvel An, si tu vois ce que je veux dire… Commence par une pratique bien-être, teste-la sur quelques jours, et si elle te convient (tu le sauras tout de suite !), garde-la sur plusieurs jours.  On dit qu’il faut environ 21 jours pour faire sienne une habitude.  Ça s’appelle l’ancrage. 

Aussi, pratique tous les jours. Tous les jours. On n’est pas rigide, oui tu vas rater un jour ou deux, ou même trois. Mais reprends là où tu t’étais arrêtée. Pratique, pratique, pratique. Si ça te fait du bien, aucune raison de laisser tomber, n’est-ce pas ? Sauf qu’instaurer une nouvelle habitude demande du temps et des efforts, et cela reste beaucoup plus facile de surfer sur internet. La loi du moindre effort. 

Les mots-clés : simplicité de mise en œuvre, plaisir et régularité. Le combo gagnant. 

# Clé 5 : Ne fais qu’une seule chose à la fois

Je terminerai par une astuce tellement évidente qu’on ne la met pas en pratique, surtout les femmes (les femmes sont multi-tâches, les hommes pas du tout, c’est bien connu). Non, ce n’est pas vrai qu’on est plus efficace si on fait plusieurs choses à la fois. On en ressort juste lessivée du cerveau et on met du temps à retrouver un niveau d’énergie correct (surtout si pour se reposer et se récompenser, on a passé 1 h sur facebook à regarder des vidéos de chats en train de dormir). 

Tu connais une place pour chaque chose et chaque chose à sa place ? Eh bien c’est pareil : 

Une chose à la fois, une tâche après l’autre.

Si tu n’as pas le temps de tout faire (c’est pour ça qu’on se retrouve à faire plusieurs choses en même temps, pour pouvoir faire plus de choses !), c’est que tu as prévu trop de choses sur ta to-do liste… Eh non, tu ne peux certainement pas tout faire, même si je sais bien que tu es une superwoman de l’espace. 

Alors sois humble et honnête, respire, tranche dans le vif et tu verras que tout ira bien. 

Un cerveau allégé, un mental clarifié et reposé, c’est une femme adoucie, apaisée, moins fatiguée, plus heureuse. En retrouvant notre bon sens, nous pouvons nous rendre compte que c’est dans une course sans fin que nous engageons notre mental. C’est à nous de dire stop. Et c’est à nous de le mettre en pratique.  

Ta tête pèse déjà 5 kg, pas la peine d’en rajouter ! 

Je te souhaite un bon repos du cerveau ! Et si jamais ta tête surchauffe, descends dans tes pieds ! Je te conseille de lire l’article ci-dessous qui te parle d’ancrage…

A bientôt !

Claire

Partager

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

A lire également

Bienvenue

Claire Terrier

Je suis Claire, j’accompagne les femmes à (re)trouver un alignement corps-cœur-tête afin qu’elles puissent vivre pleinement leur vie.

Le plus populaire

A lire également