5 clés pour rester stable dans la tourmente

par | Mai 15, 2020 | reconnexion à soi | 5 commentaires

Tu connais très certainement la fable du roseau et du chêne, mais une petite piqûre de rappel ne peut pas faire de mal. J’adore cette fable, ce roseau qui plie mais ne rompt pas parce qu’il sait s’adapter, avec souplesse et grâce. 

Bon. A l’heure actuelle, on dirait bien qu’un terrible vent du Nord semble nous malmener depuis des semaines, voire des mois, n’est-ce pas ? Quelles turbulences !

Je ne vais pas commencer à te parler de Saturne, de sa rétrogradation, de son aspect avec Pluton, tout ça tout ça, mais il est clair que le monde, à l’échelle individuelle et planétaire estsecoué de toutes parts, et si ta vie est un long fleuve tranquille depuis des mois, alors écris-moi et tu partageras ta recette magique à tout le monde !!

Je ne vais pas te parler du confinement, du déconfinement, mais pour autant ce dont je vais te parler aujourd’hui risque fort de t’être utile en ce moment, et même en toutes circonstances.

Aujourd’hui, je vais te livrer quelques astuces pour être comme le roseau : souple et adaptable en toutes circonstances (ou presque) et profiter de la brise qui caresse ton visage en douceur.

# Clé 1 : Ancrée tu resteras

Bon, tu vas me dire, le chêne a certainement des racines plus profondes et nombreuses que le roseau et pourtant à la fin il est déraciné par la tempête. Certes, mais n’évite pas le sujet : où tu en es toi, de tes racines ? Le chêne peut résister à de nombreuses tempêtes avant d’être culbuté. Et toi ? Je te parle très souvent de cette zone de stabilité intérieure où tu peux te réfugier en toutes circonstances, tu sais, cette zone qui te permet d’afficher la mine d’un moine zen alors qu’autour de toi c’est le chaos. 

L’ancrage, c’est bête à dire, mais c’est la base. 

Comment s’ancrer ?

  • En prenant conscience de ton corps, de ses appuis. De poser tes pieds bien larges sur le sol (oublie les talons s’il te plaît, pieds nus on a dit). Va marcher pieds nus dans l’herbe, tu verras ça fait un bien fou. Et tant qu’on y est, n’oublie pas de respirer, tu feras d’une pierre plusieurs coups (cf. clé n°2).
  • Tu peux essayer la posture de l’arbre (cf. la photo tout en haut de l’article). Pas besoin d’être un yogi confirmé pour l’adopter. Balance-toi tout doucement et cherche à garder ton équilibre. Plus tu t’entraîneras, plus ce sera facile. N’oublie pas de t’entraîner des deux côtés.
  • La méditation permet de s’ancrer dans son corps, ses sensations, ses ressentis. Si tu viens régulièrement par ici, tu auras l’occasion de tester des méditations que j’offre. Sais-tu combien les bonzes zen méditent chaque jour ? Commence par 5 mn de pleine présence, c’est déjà bien. Mais fais-le tous les jours. 

# Clé 2 : Une respiration consciente tu adopteras

Ce point découle du point 1 et vice versa.

Le souffle. Est-ce que ça t’arrive de porter attention à ton souffle ? Fais-le maintenant, juste un instant. Inspire. Expire. Sens l’air qui entre par tes narines, descend dans tout ton corps. Ressens l’air qui fait le trajet inverse et expulse le CO2 par ton nez. Essaye juste d’augmenter un chouilla  la durée  ton inspiration et de ton expiration. Fais-le plusieurs fois. Je suis sûre à 100% que tu te sens déjà mieux. 

Cqfd.

Respire en conscience plusieurs fois par jour et ta vie s’améliorera de façon évidente. 

Au passage, c’est grâce à ton souffle que tu es en vie. Penses-y juste deux minutes.

Quand on y pense, c’est quand même drôle de devoir (ré)apprendre à respirer alors que c’est la première chose qu’on fait quand on sort du ventre de notre maman, tu ne trouves pas ?

# Clé 3 : En gratitude tu seras

Ce point découle du point 2. La gratitude. Qu’est-ce qu’on peut nous en parler de la gratitude. 

Et pourtant… Imagine un instant les sensations que ça procure de se concentrer sur le verre à moitié plein plutôt que sur celui à moitié vide. Pas besoin de te faire un dessin, n’est-ce pas ?

Voir ce que tu as plutôt que ce que tu voudrais avoir. Remercier pour ce toît, les rires, le soleil, un merci, une fleur, une parole, ce ciel bleu plutôt que de te concentrer sur le bruit de tes enfants, ta maison en travaux, cette critique, ta pelouse à tondre et ces nuages gris… Forcément ça change toute la donne. Pas besoin d’avoir conscience que tout est énergie dans l’univers pour comprendre que le positif entraîne le positif et inversement.

# Clé 4 : Dans l’acceptation tu seras

Ce point découle du point 3.

J’aime beaucoup cette prière des alcooliques anonymes ou prière de la sérénité.

Mon Dieu, donnez-moi la sérénité d’accepter
les choses que je ne peux changer,
le courage de changer les choses que je peux changer,
et la sagesse d’en connaître la différence.

Parce qu’à partir de ce point d’acceptation, tu crées de l’espace en toi. Dans cet espace, tu trouves la liberté. Et dans cette liberté, tu peux agir.

Petit pas par petit pas. Geste après geste. Jour après jour. 

En conscience. En pleine présence

# Clé 5 : le sens de l’humour tu garderas (ou adopteras si tu n’en as pas été pourvue à la naissance)

Ce point découle du point 4. 

Eh oui, parce que mon amie, tu sais bien que la vie n’est pas un long fleuve tranquille, et qu’il y a des hauts, des bas, des tournants, des zig-zag, des jours où les nuages noirs s’accumulent au-dessus de ta tête, des jours où rien mais alors rien ne va, où il te semble que tu te trouves dans le tambour de ta machine à laver et que tu es brassée dans tous les sens…

Et que dans ces moments, la respiration consciente, l’ancrage, la  gratitude te paraîtront les concepts les plus étranges et abstraits jamais entendus. 

Alors là, je t’en conjure, essaye de faire un pas de côté, même tout petit, et esquisse juste un sourire, tout petit, même pas forcément sincère. Essaye de prendre du recul, souris, regarde toute cette « merdasse » et répète-toi cette perle de sagesse qu’une maman expérimentée (qui à l’époque avait sûrement l’âge que j’ai aujourd’hui hum, !) m’avait dit un jour où j’étais au bout du bout avec mes quatre petits bouts : 

Rien ne dure. Cela aussi ça passera. Ne t’en fais pas.

Alors, dans cet espace que tu viens de créer, tu peux te détendre et constater que, au fond, ce n’est pas si grave que ça. Et que même, en souriant et en rigolant (de toi-même surtout), les choses sont tout de suite plus légères et même s’améliorent. Tiens tiens.

Eh bien, chère amie, quand tu seras ancrée, que tu respireras en conscience régulièrement, que tu seras en gratitude à longueur de journée, que tu auras repris ton pouvoir entre tes mains, le tout en affichant un sourire radieux, c’est certain que ta vie n’en sera que meilleure et peut-être même que les meilleurs des moines zen viendront te demander conseil. 

J’espère que cet article t’aura fourni des  pistes intéressantes, ou à tout le moins une pause salutaire et agréable. N’oublie pas que comme en toute chose, la pratique et la régularité sont la clé de changements profonds et durables.

Je te souhaite de rester souple et stable, avec grâce et douceur, comme le roseau !

A bientôt !

Claire

Partager

5
Laisser un commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
Claire TerrierSandrineLaureline Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
Laureline
Invité
Laureline

Très bel article, très juste, inspirant et dynamisant !
Merci Claire pour ces rappels qui font du bien ! Vivement les prochains articles !!

Laureline
Invité
Laureline

///

Sandrine
Invité
Sandrine

Ma très chère Claire, tu as tout dit! J’ai l’impression de lire tout le chemin que j’ai parcouru ces dernières années… J’adore et je recommande!

A lire également

Bienvenue

Claire Terrier

Je suis Claire, j’accompagne les femmes à (re)trouver un alignement corps-cœur-tête afin qu’elles puissent vivre pleinement leur vie.

Le plus populaire

A lire également